Lactarius cf. blennius (Fr. : Fr.) Fr.

Lactarius cf. blennius (Fr. : Fr.) Fr.

Classé dans : Champignon vedette | 0
= Lactarius circellatoides Y. Lamoureux ined.

 par Yves Lamoureux

 

L’auteur nous présente une nouvelle espèce de Lactarius pour le Québec et nous explique comment il en est arrivé à cette identification qui se rapproche du Lactarius blennius européen. Ce texte a été publié initialement sur la page Flickr de l’auteur.

Ce lactaire grisâtre n’a pas été facile à nommer. Si l’on suit les clés de Hesler et Smith (1979), on parvient à Lactarius circellatus var. borealis, mais ni la description ni les photos en noir et blanc ne concordent bien à cette récolte.

Dans la monographie européenne de Heilmann-Clausen et collab. (1998), on parvient à l’aide des clés au taxon Lactarius blennius Fr. Quelques photos illustrent des basidiomes fortement guttulés, mais aussi une collection de champignons plus pâles et non guttulés. Ces derniers ressemblent passablement à notre récolte, sans toutefois montrer les taches vineuses apparemment toujours présentes chez l’entité américaine. L’odeur fruitée et la couleur saumonée des lames sont indiquées dans la description du L. blennius européen.

2861090521_b1ce972a5b_o

Nous avons revu cette espèce deux fois en août 2015, une bonne douzaine de basidiomes, lors de deux sorties du Cercle des mycologues de Montréal. Cela dans la même station que la collection illustrée ci-dessus, ce qui permet d’affirmer que la description de L. blennius en Europe ne concorde pas très bien à notre entité. Ne serait-ce que par l’absence constante de guttules et par la couleur fréquemment olivacée du chapeau et du pied.

Cela dit, on sait maintenant que les collections nommées « circellatus » ou « blennius » en Amérique ne sont pas conspécifiques avec les collections européennes (espèces telles que décrites par Fries).

Comme nous ne connaissons l’espèce illustrée ci-dessus que d’une seule station, où elle pousse en août (à Sainte-Julienne, Lanaudière), il semble préférable de la considérer distincte pour le moment, toutefois sans l’affubler d’un nom provisoire. Nous la présentons ici dans le but d’encourager sa recherche.

Voici mes notes qui complètent la photo:

Lactaire poussant en grand nombre (environ 30 à 40 basidiomes), dans une forêt mêlée de feuillus, surtout de chênes et de hêtres, aussi en présence d’ostryers, suivant la bordure d’un chemin forestier, sur sol plutôt sablonneux et rocailleux.

Chapeau grisâtre, de forme irrégulière, avec des tâches vineuses semblant être causées par des insectes, viscidule, glabre sauf un peu fibrilleux à l’extrême marge (loupe), orné d’une ou deux zones étroites au pourtour. Vieux exemplaires laissés sur place atteignant 12 cm (chapeau).

Lames crème rosé à saumonées, très serrées. Lait blanc, vite âcre, immuable, jaunissant ou verdissant en séchant sur les lames.

Sporée crème rosé (D).

Pied concolore, viscidule (vite sec), parfois scrobiculé, taché de jaune sur quelques-uns des exemplaires.

Odeur fruitée.

Microscopie:

Cuticule : un ixocutis avec des incrustations.

Macrocystides présentes.

Spores petites, ellipsoïdes, 6,5-8 x 5-6 µm, ornées principalement de crêtes et aussi de rares verrues isolées, zébrées à subréticulées. Hauteur des ornementations: 0,75-1 µm.

Macrochimie :

KOH 10 %: jaune sur le chapeau; rouille sur les endroits déjà jaunis sur le pied.

Les espèces européennes L. fluens et L. circellatus semblent également assez proches. Il existe également d’autres entités américaines dans ce groupe décrites par Hesler et Smith (op. cit.), mais la plupart à partir d’une seule récolte, et aucune d’elles ne semblent correspondre à notre collection.

Références

  • Hesler, L.R. et Smith A.H. (1979) North American species of Lactarius. Ann Arbor: University of Michigan Press, 1979.
  • Heilmann-Clausen J., Verbeken A. & Vesterholt J. (1998) The genus Lactarius. Fungi of Northern Europe 2. Svampetryk, Denmark.

Print Friendly

Laisser un commentaire