Nom de champignons (Janvier 2015)

Nom de champignons (Janvier 2015)

 


 

Mise à jour de l’Index des champignons du Québec.

par Jacques Landry

Les recherches en taxonomie et phylogénie nous apportent continuellement de nouvelles connaissances sur la nature des champignons et leur appartenance à l’intérieur des grands groupes. Les noms de champignons doivent changer pour tenir compte de ces nouvelles connaissances. C’est le cas, par exemple, lorsque l’on se rend compte que deux champignons que l’on croyait différents sont en fait la même espèce. Il faut alors éliminer le nom le plus récent pour ne garder que le plus vieux.  D’autres fois, il est nécessaire de regrouper différemment des champignons. Par exemple, à la lumière de nouvelles données sur l’ADN, on peut se rendre compte que des genres (par ex. Boletus), définis à l’origine selon des critères morphologiques, ne contiennent pas que des espèces apparentées. De ce cas, il peut devenir nécessaire de créer de nouveaux genres (par ex. Caloboletus) pour accommoder ces lignées.

Voici donc une liste de changements apportés à l’Index des champignons du Québec sur Mycoquébec en ce début d’année 2015. Les changements proposés dans la littérature ne font pas tous l’unanimité et ceux adoptés sur Mycoquébec sont ouverts à la discussion. S’il vous plait, n’hésitez pas à laisser un commentaire au bas de cette page, que vous soyez en accord ou en désaccord avec les changements apportés. Notez aussi que les anciens noms sont conservés dans la banque de Mycoquébec et demeurent accessibles avec l’outil de recherche.

nomsLa photo à la Une montre Hygrophorus secretanii ≡ Hygrophorus monticola (Photo : Gaétan Lefebvre) et Boletus separans≡ Xanthoconium separans (Photo Jacques Landry)

 Liste des changements effectués

Nouveau nom Ancien nom Nouveau nom français Motivation
Amanita morrisii Amanita pinophila Amanite de Morris Le soupçon initial que ces deux taxons pourraient être la même espèce vient d’être confirmé par le séquençage de spécimens d’herbier de Yves Lamoureux (CMMF). Moncalvo et Tulloss, communication personnelle 2014
Amanita submaculata Amanita pseudobrunnescens Amanite  fausse-brunissante IDEM
Aspropaxillus giganteus Leucopaxillus giganteus

Genre ressuscité, à juste titre, dans son sens originel pour les « Leucopaxillus » à spores lisses et faiblement amyloïdes.

  • Sánchez-García, M., Matheny, P.B., Palfner, G., and Lodge, D.J. (2014). Deconstructing the Tricholomataceae (Agaricales) and introduction of the new genera Albomagister, Corneriella, Pogonoloma and Pseudotricholoma. Taxon 63, 993–1007.
  • Vizzini, A., Ercole, E., and Contu, M. (2012). A contribution to the ITS-LSU phylogeny of the genus Leucopaxillus (/tricholomatoid clade, Agaricales), with three new genera and notes on Porpoloma. Mycosphere 3, 79–90.

Boletus separans Xanthoconium separans La génétique ne place pas B. separans dans le clade des Xanthoconium, mais plutôt dans un clade sœur des « porcini ». Comme eux, son pied peut être longuement réticulé et il a des pores bouchés au début.

  • Nuhn, M.E., Binder, M., Taylor, A.F.S., Halling, R.E., and Hibbett, D.S. (2013). Phylogenetic overview of the Boletineae. Fungal Biol-Uk 117, 479–511.
Butyriboletus brunneus Boletus pseudopeckii Bolet brun Les deux noms sont synonymes et B. pseudopeckii aurait préséance. Cependant, B. pseudopeckii n’ayant pas été recombiné en Butyriboletus, nous choisissons Butyriboletus brunneus. Il est probable que le nom changera à nouveau pour Butyriboletus pseudopeckii.

  • Page Facebook de Noah Siegel
  • Arora, D., and Frank, J.L. (2014). Clarifying the butter Boletes: a new genus, Butyriboletus, is established to accommodate Boletus sect. Appendiculati, and six new species are described. Mycologia 106, 464–480.
Caloboletus inedulis Boletus inedulis Seuls bolets au goût amer (causé par la  présence de cyclocalopins), la génétique les place dans un nouveau genre Caloboletus à part des Boletus.

  • Zhao, K., Wu, G., Feng, B., and Yang, Z.L. (2014). Molecular phylogeny of Caloboletus (Boletaceae) and a new species in East Asia. Mycological Progress 1–10.
  • Index Fungorum No. 146, 2014
Caloboletus roseipes Boletus roseipes IDEM
Cyclocybe erebia Agrocybe erebia Cyclocybe brun  « Le fait qu' »Agrocybe » erebia n’appartienne pas à la même lignée que les autres Agrocybe, à spores porées (praecox, pediades…) est connu depuis la publication générale de Matheny et coll. en 2006 (1). Il suffisait que quelqu’un le formalise, ce qui a été fait (2) » (3)

  1. Matheny, P., Curtis, J., Hofstetter, V., Aime, M., Moncalvo, J., Ge, Z., Yang, Z., Slot, J., Ammirati, J., Baroni, T., et al. (2006). Major clades of Agaricales: a multilocus phylogenetic overview. Mycologia 98, 982–995.
  2. Index Fungorum No. 154, 2014
  3. Pierre Arthur Moreau, Communication personnelle, 2014
Datroniella scutellata Datronia scutellata
  • Li, H.J., Cui, B.K., and Dai, Y.C. (2014). Taxonomy and multi-gene phylogeny of Datronia (Polyporales, Basidiomycota). Persoonia J 32, 170–182.
Gloeophyllum mexicanum Gloeophyllum protractum Polypore du Mexique Changement proposé par Serge Audet.

  • Kout, J., Vlasák Jr., J., Vlasák, J. (2013) Gloeophyllum protractum is synonymous with G. mexicanum. Mycotaxon 123: 31-37.
Hygrophorus secretanii Hygrophorus monticola Hygrophore de Secrétan
  • Lodge, D.J., Padamsee, M., Matheny, P.B., Aime, M.C., Cantrell, S.A., Boertmann, D., Kovalenko, A., Vizzini, A., Dentinger, B.T.M., Kirk, P.M., et al. (2014). Molecular phylogeny, morphology, pigment chemistry and ecology in Hygrophoraceae (Agaricales). Fungal Divers 64, 1–99. (Voir Online Resource 9)
Imleria badia Xerocomus badius Ce taxon forme une lignée bien à part des Xerocomus et a été enfin rebaptisé.

  1. Wu, G., Feng, B., Xu, J., Zhu, X.-T., Li, Y.-C., Zeng, N.-K., Hosen, M.I., and Yang, Z.L. (2014). Molecular phylogenetic analyses redefine seven major clades and reveal 22 new generic clades in the fungal family Boletaceae. Fungal Divers 69, 93–115.

  2. Index Fungorum No. 147, 2014

  3. Zhu, X.-T., Li, Y.-C., Wu, G., Feng, B., Zhao, K., Gelardi, M., Kost, G.W., and Yang, Z.L. (2014). The genus Imleria (Boletaceae) in East Asia. Phytotaxa 191, 81–98.

Lepista flaccida Lepista gilva L’Index fungorum, MycoBank et Mushroom Observer considèrent Lepista flaccida comme le «current name» de Lepista gilva. C’est le contraire sur MycoQuébec. Je le change malgré que je n’ai pas trouvé la référence exacte.
Psilocybe fuscofulva Psilocybe atrobrunnea Psilocybe fauve sombre Psilocybe atrobrunnea doit être remplacé par Psilocybe fuscofulva Peck, le nom le plus ancien disponible.  P. atrobrunnea est un nom douteux et ambigu. La collection type ainsi que le néotype ont été perdus et il n’est pas possible de savoir à quel taxon correspond ce nom.

  • Borovicka, J., Obornik, M., Stribrny, J., Noordeloos, M.E., and Parra Sanchez, L.A. (2015). Phylogenetic and chemical studies in the potential psychotropic species complex of Psilocybe atrobrunnea with taxonomic and nomenclatural notes. Persoonia 34, 1–9.
Pseudotricholoma umbrosum Porpoloma umbrosum
  • Sánchez-García, M., Matheny, P.B., Palfner, G., and Lodge, D.J. (2014). Deconstructing the Tricholomataceae (Agaricales) and introduction of the new genera Albomagister, Corneriella, Pogonoloma and Pseudotricholoma. Taxon 63, 993–1007.
Xerocomellus chrysenteron Boletus chrysenteron « Il est de toute manière incontestable que les Xerocomus au sens traditionnel se divisent en deux grandes lignées sans parenté directe, et que la seule alternative à ce découpage semble être le retour à un unique genre Boletus pour l’ensemble des Boletaceae (à l’exception des Chalciporus, qui représentent la plus ancienne lignée bolétoïde de cette famille).

On peut évidemment regretter que le genre Xerocomus ainsi redéfini se résume au groupe de X. subtomentosus (espèce type du genre). On se réjouira en revanche, pour des raisons mnémotechniques, que Šutara ait le bon goût de créer des genres dont les noms rappellent le genre d’origine, en l’occurrence Xerocomellus pour le groupe de X. chrysenteron. » (1)

  1. Moreau, P.-A., and Courtecuisse, R. (2013). Les noms qui changent… Documents Mycologiques 25, 350–364.
  2. Šutara, J. (2008). Xerocomus sl in the light of the present state of knowledge. Czech Mycol.(60).

Xerocomellus rubellus Xerocomus rubellus   IDEM
Print Friendly, PDF & Email

4 Responses

  1. Patrick Poitras

    Comme Roland le sait, je suis vraiment content que cette liste commence à exister. Elle me sera très utile et, j’en suis certain, elle le sera à d’autres, aussi! Merci!

  2. Jacques Landry

    Ça fait longtemps que je veux faire cela et j’espère arriver à le faire régulièrement. Mais, c’est beaucoup de travail et il y a encore beaucoup de changements à faire. Beaucoup de changements du côté des morilles et des plutés à venir.

  3. Michel Roux

    Merci Jacques. Si je comprends bien, B. separans peut être élevé au rang des cèpes maintenant.

  4. Oui, moi je l’appellerais « Cèpe rose »

Laisser un commentaire