Nom de champignons! no 7 (décembre 2015)

Nom de champignons! no 7 (décembre 2015)

par Jacques Landry

 

Un grand nombre de modifications et ajouts ont été faits à l’Index des champignons de Mycoquébec depuis le 22 août 2015. En voici une liste avec un résumé sommaire des raisons qui justifient ces changements. N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas de cette page pour indiquer votre opinion sur les changements apportés. Notez aussi que plusieurs des noms changés sont conservés dans la banque de Mycoquébec et demeurent accessibles avec l’outil de recherche.

Vingt-trois (23) nouvelles espèces ajoutées à l’index ou illustrées pour la première fois (*) dans Mycoquébec

 

  1. 14 décembre 2015 : Mutinus elegans / Mutin élégant
  2. 14 décembre 2015 : Physarum tenerum / Physare tendre
  3. 12 décembre 2015 : Corticium roseocarneum /Cortiicie rose chair
  4. 9 décembre 2015 : Craterium obovatum / Cratère obové
  5. 9 décembre 2015 : Symphytocarpus confluens
  6. 8 décembre 2015 : Clitocella mundula / Entolome élégant
  7. 29 novembre 2015 : Marasmius minutissimus / Marasme miniature
  8. 29 novembre 2015 : Pluteus rangifer / Plutée du caribou
  9. 26 novembre 2015 : Trichoglossum variabile / Trichoglosse variable
  10. 10 novembre 2015 : Hymenopellis incognita / Collybie méconnue
  11. 31 octobre 2015 : Fusarium sporotrichioides
  12. 24 octobre 2015 : Perenniporia fergusii / Polypore de Fergus*
  13. 23 octobre 2015 : Trichia botrytis / Trichie en grappes
  14. 17 octobre 2015 : Cortinarius luteus / Cortinaire jaune
  15. 14 octobre 2015 : Hydnum albidum / Hydne blanc (Pied-de-mouton blanc)
  16. 13 octobre 2015 : Dendrostilbella mycophila
  17. 12 octobre 2015 : Cortinarius saturninus / Cortinaire saturnin*
  18. 12 octobre 2015 : Diderma cingulatum / Diderme ceinturé
  19. 30 septembre 2015 : Phylloporus rhodoxanthus / Phyllopore à lames dorées*
  20. 29 septembre 2015 : Comatricha elegans / Comatrichie élégante
  21. 27 septembre 2015 : Patellaria crassispora Barral nom. prov / Pézize à spores épaisses
  22. 17 septembre 2015 : Lactarius cf. blennius / Lactaire gluant
  23. 17 septembre 2015 : Trichia lutescens / Trichie jaunissante

 

Liste des changements effectués

(en orange, la nouvelle désignation)

yb-black-swirl-md
Clitocella popularis  ⇒ Clitocella mundula

Ces deux taxons ne sont plus considérés comme synonymes.

Les photos sous Clitocella popularis sont déplacées vers Clitocella mundula.

À défaut d’une démonstration claire, nous pouvons croire que les collections identifiées comme C. popinalis sur Mycoquébec devraient l’être plutôt comme C. mundula. Voici l’explication qu’en donne Renée Lebeuf sur sa page Flickr.

Auparavant, nous appelions nos collections Rhodocybe mundula. Nous avons adopté le nom R. popinalis par suite de la parution d’un article qui synonymisait les deux. Baroni a fait une nouvelle étude phylogénétique dans laquelle R. mundula et R. popinalis sont distincts ([Kluting et al. 2014]).

Baroni (comm. pers.) affirme n’avoir vu popinalis qu’une seule fois dans les Alpes suisses. Il s’agit d’une espèce qui pousse en milieux ouverts. C’est lui qui a identifié mes deux collections, qui poussaient toutes deux en forêt. À mon avis, nous devrions retourner au nom C. mundula et abandonner C. popinalis. C. mundula est un synonyme de Clitopilus noveboracensis Peck. La collection d’Anticosti correspond probablement à la variété subviolaceus de cette espèce, qui pousse sous épinettes.

Voici ce qu’écrivent Kluting et al. (2014)

« C. mundula and C. popinalis, are often confused because they share many morphological characters and are separated only by spore size and habitat preference. Clitocella popinalis has broader basidiospores (5.0–5.5 mm) and is associated with grasses, whereas C. mundula has narrower basidiospores (4.0–5.0 mm) and is associated with woodlands« 

  • Kluting, K.L., Baroni, T.J., and Bergemann, S.E. (2014). Toward a stable classification of genera within the Entolomataceae: a phylogenetic re-evaluation of the Rhodocybe-Clitopilus clade. Mycologia 106, 1127–1142.

yb-black-swirl-md

Aureoboletus innixus (Frost) Y. Lamoureux comb. prov. 
Aureoboletus innixus (Frost) Halling, A.R. Bessette & A. E. Bessette

La nouvelle combinaison avait été prédite par Yves Lamoureux, elle a été officialisée par Arleen Bessette en 2015

 

yb-black-swirl-md
 Clavulinopsis vernalis ⇒ Multiclavula vernalis
De plus, C. vernalis était dans le groupe des Agaricomycetes : Agaricales : Clavariaceae. Il rejoint M. mucida dans le groupe des Agaricomycetes : Cantharellales : Clavulinaceae

 

Classée comme Clavaria à sa découverte en 1822, cette espèce a été transférée dans les Multiclavula en 1967 par Petersen. L’Index des champignons du Québec n’avait jamais été modifié en conséquence. Les Multiclavula qui incluent deux espèces lichenisantes (M. vernalis et M. mucida) sont classés dans les Cantharellales : Clavulinaceae, tel que confirmé par Moncalvo et Nilsson (2006)

  • Moncalvo, J.M., R.H. Nilsson, et al. 2006. The cantharelloid clade: dealing with incongruent gene trees and phylogenetic reconstruction methods. Mycologia 98: 937-948.
yb-black-swirl-md

 

                                                  
Trichoderma viride  Trichoderma spp. / Trichoderme spp.

Podostroma alutaceum   Trichoderma alutaceum / Trichoderme alutacé

Hypocrea americana  Trichoderma americanum 
Hypocrea cf. minutispora ⇒ Trichoderma cf. minutosporum
Hypocrea chromosperma ⇒ Trichoderma chromospermum
Hypocrea fomiticola ⇒ Trichoderma fomiticola
Hypocrea latizonata ⇒ Trichoderma latizonatum
Hypocrea patella ⇒ Trichoderma patella
Hypocrea pulvinata ⇒ Trichoderma pulvinatum
Hypocrea sulphurea ⇒ Trichoderma sulphureum
(en français, tous ces Trichoderma deviennent des Trichoderme)

 

On sait depuis longtemps que les Hypocrea ont comme anamorphe des Trichoderma. C’est d’ailleurs sur la base que l’anamorphe de Podostroma alutaceum était un Trichoderma que Chamberlain recombine Podostroma alutaceum en Hypocrea alutacea en 2004, un proposition confirmée au niveau génétique par Jaklitsch et al. en 2008.

Il était jusqu’à récemment la norme de nommer différemment les anamorphes et les téléomorphes, même lorsqu’on savait qu’ils étaient de la même espèce. Selon le nouveau code de nomenclature, un seul nom doit maintenant être utilisé pour une espèce même si elle a deux formes. Dans le cas du téléomorphe Hypocrea et de l’anamorphe Trichoderma, la situation n’est pas simple puisqu’il existe à l’échelle planétaire quelque 1000 Hypocrea et 215 Trichoderma. Cependant c’est le nom Trichoderma qui reçoit le plus d’appui au niveau international, et ce pour au moins deux raisons (Rossmann, 2014). D’abord, Trichoderma typifié par T. viride est plus vieux que Hypochrea typifié par H. rufa. Aussi, Trichoderma comprend beaucoup d’espèces à valeur commerciale élevée dans le contrôle des maladies fongiques et comme source d’enzymes industriels, et plusieurs Trichoderma font l’objet de brevets. Puisque tous les Hypochrea trouvés au Québec ont déjà été officiellement recombinés (le dernier, T. latizonata  par Bissett en 2015), Mycoquébec fait le pas vers la conversion Hypocrea ⇒ Trichoderma, suivant ainsi Index Fungorum.

Nous changeons aussi « notre » Trichoderma viride par Trichoderma spp. Ce changement est temporaire et l’espèce ou les espèces représentées au Québec par ce taxon devront être précisées. Ce trichoderme vert est nommé traditionnellement au Québec T. viride. Cependant il est clair que plusieurs Trichoderma ont cette couleur et que l’identification ne peut se faire sur cette base seulement. D’autre part, puisque le téléomorphe de T. viride (H. rufa), plus facilement reconnaissable, n’a jamais été observé au Québec, on peut croire qu’il serait improbable que ce trichoderme vert corresponde à T. viride. Nous choisissons pour le moment de nommer ce trichoderme vert Trichoderma spp. pour indiquer que nous avons sous cette forme plusieurs espèces de Trichoderma à préciser.

  • Bissett, J., Gams, W., Jaklitsch, W., and Samuels, G.J. (2015). Accepted Trichoderma names in the year 2015. IMA Fungus.
  • Rossman, A.Y., Seifert, K.A., Samuels, G.J., Minnis, A.M., Schroers, H.-J., Lombard, L., Crous, P.W., Põldmaa, K., Cannon, P.F., Summerbell, R.C., et al. (2013). Genera in Bionectriaceae, Hypocreaceae, and Nectriaceae (Hypocreales) proposed for acceptance or rejection. IMA Fungus 4, 41–51.
  • Jaklitsch, W. (2009). European species of Hypocrea Part I. The green-spored species. Studies in Mycology 1–91.
  • Chamberlain HL, Rossman AY, Stewart EL, Ulvinen T, Samuels GJ (2004). The stipitate species of Hypocrea (Hypocreales, Hypocreaceae) including Podostroma. Karstenia 44: 1–24.
  • Jaklitsch, W.M., GRUBER, S., and Voglmayr, H. (2008). Hypocrea seppoi, a new stipitate species from Finland. Karstenia.
  • Jaklitsch, W.M. (2011). European species of Hypocrea part II: species with hyaline ascospores. Fungal Divers 48, 1–250.
yb-black-swirl-md
Dictyophora duplicata  Phallus duplicatus

 

Initialement nommée dans le genre Phallus, cette espèce avait été transférée il y a longtemps dans le genre Dictyophora avec plusieurs autres espèces possédant une indusie (jupette) bien développée. Cependant, elle est revenue dans les Phallus suite aux travaux de Dring en 1964, un retour justifié plus récemment par la génétique. L’Index des champignons du Québec n’avait pas été changé en conséquence.

  • Kibby, G. (2015). The weird, wonderful and smelly world of stinkhorns and clathroid fungi. Field Mycology 16, 58–69.
  • Trierveiler-Pereira, L., Silveira, R.M., and Hosaka, K. (2014). Multigene phylogeny of the Phallales (Phallomycetidae, Agaricomycetes) focusing on some previously unrepresented genera. Mycologia 106, 904–911.

 

yb-black-swirl-md
Amyloporia crassa   Amyloporia crassa s.l.

L’étude phylogénétique récente de Spirin et al (2015) a déterminé que A. crassa est une espèce strictement européenne. Ces auteurs décrivent deux espèces très semblables à A. crassa qui se retrouveraient dans nos régions : Antrodia cincta et Antrodia cretacea. Il utilise le genre Antrodia pour le clade crassa bien qu’ils reconnaissent que le type des Androdia, Antrodia serpens, n’est pas dans le clade crassa. On peut même penser qu’il est improbable que A. crassa redevienne un Antrodia, puisqu’alors, les Antrodia engloberaient des Deadalea et Formitopsis.  En attendant que quelqu’un ait déterminé quelle espèce nous avons vraiment dans le groupe crassa (cincta ou cretacea), nous préférons utiliser Amyloporia crassa s.l. (sens large) pour signifier que l’espèce (ou les espèces) que nous avons (aucune photo sur Mycoquébec, mais observée sur le terrain)  est dans le groupe crassa mais distincte de l’espèce européenne A. crassa s.s. (sens strict). Il est à noter que les données actuelles nous indiquent que le genre Amyloporia devra être divisé et qu’alors, il est probable que le groupe crassa ira rejoindre un autre genre.

  • Spirin, V., Runnel, K., Vlasák, J., Miettinen, O., and Põldmaa, K. (2015). Species diversity in the Antrodia crassa group (Polyporales, Basidiomycota). Fungal Biol-Uk 119, 1291–1310.
  • Runnel K. Communication personnelle 2015.
yb-black-swirl-md

 

 

Geopora pellita   Hoffmannoscypha pellita

Stielow et al. (2012) ont défini un nouveau genre pour cette petite pézize qui se distingue des autres Geopora autant au niveau phylogénétique que morphologique.                        

 

  • Stielow, B., Hensel, G., Strobelt, D., Makonde, H.M., Rohde, M., Dijksterhuis, J., Klenk, H.-P., and Göker, M. (2012). Hoffmannoscypha, a novel genus of brightly coloured, cupulate Pyronemataceae closely related to Tricharina and Geopora. Mycological Progress 12, 675–686.

 

yb-black-swirl-md

 

Cosmospora episphaeria   Dialonectria episphaeria
Nectria coccinea ⇒ Neonectria coccinea
Nectria fuckeliana  ⇒ Neonectria fuckeliana
Nectria peziza  ⇒   Hydropisphaera peziza

 

Le concept du genre Nectria qui a déjà inclus plus de 1000 espèces a considérablement évolué au cours des années. Il a été divisé en plusieurs différents genres et selon les dernières études, il ne contient plus aujourd’hui que quelque 28 espèces. Une mise à jour de nos Nectrie au sens large affecte 4 espèces de notre index. Nous remercions Christian Lechat qui nous a aidés à nous retrouver dans cette littérature.

  • Hirooka, Y., Rossman, A.Y., Samuels, G.J., Lechat, C., and Chaverri, P. (2012). A monograph of Allantonectria, Nectria, and Pleonectria (Nectriaceae, Hypocreales, Ascomycota) and their pycnidial, sporodochial, and synnematous anamorphs. Studies in Mycology 71, 1–210.
  • Lechat, C., Farr, D.F., Hirooka, Y., and Minnis, A.M. (2010). A new species of Hydropisphaera, H. bambusicola, is the sexual state of Gliomastix fusigera. Mycotaxon 111, 95–102.
  • Rossman, A.Y., Samuels, G.J., Rogerson, C.T., and Lowen, R. (1999). Genera of Bionectriaceae, Hypocreaceae and Nectriaceae (Hypocreales, Ascomycetes). 1–248.

 

yb-black-swirl-md 

                   Naucoria macrospora    Naucoria salicisNaucorie du saule

  

Le genre Naucoria est un synonyme d’Alnicola et l’usage de l’un comme de l’autre est problématique. Ainsi c’est plutôt la tradition que les règles de nomenclature qui est suivie. Certains auteurs, comme Moreau, présentent de forts arguments pour Alnicola (2005) et vont même jusqu’à nommer de nouvelles espèces dans le genre Alnicola (Moreau et al. 2013) alors que d’autres sans trop de conviction s’en tiennent à Naucoria (Henrici, 2008).  Index Fungorum comme Mycobank utilisent Naucoria  en 2015. Mycoquébec utilise Nauroria depuis quelques années. En attendant que la situation s’éclaircisse, nous devons tout de même changer Naucoria macrospora. Ce nom n’est pas valide et correspond à une autre espèce. L’éphithète macrospora serait valide dans le genre Alnicola, mais ne l’est pas dans le genre Naucoria. Dans ce dernier genre, c’est Naucoria salicis qui est valide. L’histoire de ces taxons est contée dans les articles de Henrici (2008) et de Moreau (2005).

  • Henrici, A. (2008). Keys to Naucoria in Britain. Field Mycology 9, 55–62.
  • Moreau, P.-A. (2005). A nomenclatural revision of the genus Alnicola (Cortinariaceae). Fungal Divers 20, 121–155.
  • Moreau, P.-A., Rochet, J., Bizio, E., Deparis, L., Peintner, U., Senn-Irlet, B., Tedersoo, L., and Gardes, M. (2013). Agarics of alders 1 – the Alnicola badia complex. Mycotaxon 121, 1–22.

yb-black-swirl-md
Print Friendly, PDF & Email

One Response

  1. Sylvain Bournival

    Merci Jacques. Du beau travail, clair et rigoureux.

Laisser un commentaire