Lames des champignons agaricoïdes

Classé dans : Général | 1

 

 

par Roland Labbé

avec la collaboration de Fernand Therrien

La description des champignons requiert un vocabulaire très spécialisé qu’il est important de connaître pour pouvoir les étudier dans des ouvrages de référence. Voici le troisième article d’une série préparée par Roland Labbé. Le premier portait sur la forme des champignons en général et le deuxième sur le chapeau. Celui-ci porte sur les termes utilisés pour qualifier les lames de ces champignons

LAMES – LAMELLES – LAMELLULES

  1. ANATOMIE
  1. DISPOSITION GÉNÉRALE 
  1. FORMES         
A. DIRECTION GÉNÉRALE
B. CONTOURS DE L’ARÊTE
C. FORMES CÔTÉ MARGE
D. FORMES DES LAMELLES ET LAMELLULES EN ARRIÈRE
  1. MODE D’INSERTION
A. LAMES NE TOUCHANT PAS LE PIED
B. LAMES EN CONTACT AVEC LE PIED
  1. SÉCÉDENCE
  2. COLLARIUM – VALLÉCULE
  3. LARGEUR
  4. ÉPAISSEUR
  5. SÉPARABILITÉ
  6. CONSISTANCE
  7. ÉVOLUTION
  8. CONNEXIONS – AUTRES FORMES – LARMOIEMENT
  9. PARTICULARITÉS DES FACES :
A. MORPHOLOGIE
B. COLORATION
  1. PARTICULARITÉS DE L’ARÊTE
A. MORPHOLOGIE
B. COLORATION

 

1. Anatomie

  • lame : feuillet allant de la marge du chapeau au pied, sans interruption
  • lamelle : feuillet s’intercalant entre les lames et n’atteignant pas le pied, faisant environ les 1/2-3/4 de la longueur d’une lame
  • lamellule : feuillet s’intercalant entre les lames et n’atteignant pas le pied, faisant environ les 1/5-1/3 de la longueur d’une lame
  • extrémité externe : extrémité antérieure qui atteint la marge du chapeau
  • extrémité interne : extrémité postérieure qui regarde le pied ou l’intérieur du chapeau
  • arête : bord libre, opposé à la base
  • face : flanc d’une lame, au nombre de deux
  • base : ce qui la relie, la soude au chapeau
  • hypophylle : couche de chair située au-dessus de l’implantation des lames
  • vallécule : espace entre deux lames ou lamelles
  • sinus : fond de la vallécule
  • anastomose : pont de tissu mettant en relation deux face en vis-à-vis à travers la vallécule formant ± des diverticules et des bifurcations
  • largeur (= hauteur) : distance entre la base et l’arête mesurée dans la partie moyenne et perpendiculaire à l’axe principal
  • épaisseur : distance du plectenchyme entre les deux faces
  • longueur : distance entre les deux extrémité

Sans titre15

2. Disposition générale

  • nombre de lames : quantité présente dans un hyménophore
  • densité des lames : nombre dans un angle donné ou sur une largeur donnée, tangente à la marge
    • déterminant les lames nombreuses ou peu nombreuses
    • dans un angle défini – 45° ou 90°
    • sur une largeur donnée, tangente à la marge- 1 cm à la marge
  • espacement : distance entre les lames utilisant les correctifs  » très, moyennement, assez, sub-, un peu »
    • lames espacées : distantes les unes des autres, comportant entre elles un intervalle assez important, peu nombreuses
    • lames serrées : rapprochées, particulièrement proches les unes des autres, nombreuses
    • lames très serrées : très rapprochées, se touchant, dites accolées ou presque collées, très nombreuses
  • égalité : uniformité ou non dans la longueur des lames
    • lames égales (homophylles) :  de même longueur, régulières; allant toutes de la marge jusqu’au pied, sans lamelles ni lamellules interposées
    • lames inégales : avec lamelles et lamellules éventuelles s’interposant entre les lames proprement dites
    • lames hétérophylles : inégales, irrégulières, fourchues
  • division : séparation dans le sens de leur longueur
    • lames connées :        soudées, unies à leur origine
    • lames fourchues (= bifurquées, bifides) : donnant naissance à une furcation
    •  lames dichotomes : bifurquant tout au long de leur trajet du pied à la marge, sans interruption ni formation de lamelles ou de lamellules indépendantes. Les termes « lames rameuses et ramifiées » sont moins précis

Sans titre16

3. Formes

  • Direction générale
    • lames horizontales (= droites) : perpendiculaires à la direction du pied
    • lames ascendantes : ayant l’extrémité interne (vers le pied) plus haute que l’extrémité externe (marge du chapeau)
    • lames descendantes : ayant l’extrémité interne plus basse que l’extrémité externe, souvent décurrentes
  • Contours de l’arête
    • lames rectilignes : à arêtes droites
    • lames arrondies : à arêtes arrondies ou convexes vers le bas
    • lames arquées : à arêtes concaves et dirigées vers le haut, galbées, falciformes
    • lames ventrues-bombées : à arêtes franchement dilatées, plus larges vers le milieu, obèses
    • lames triangulaires : en forme de triangle, présentant trois angles
    • lames arrondies vers le pied : sinuées extérieurement vers le pied, inverse de l’insertion sinuée

Sans titre17

  • Formes côté marge
    • lames aiguës en avant : à extrémité antérieure à angle vif
    • lames obtuses en avant : à extrémité antérieure arrondie
    • lames tronquées en avant : à extrémité antérieure comme coupée, raccourcie
    •  lames atténuées en avant :  à extrémité antérieure tendant à s’effiler, à s’amincir
  • Formes des lamelles et des Iamellules côté proximal (regardant le pied sans le toucher). Le rebord  proximal de la lamelle ou de la lamellule mérite d’être observé et noté.
    • lamelles arrondies sur leur rebord proximal : à arêtes rejoignant la base par une courbe ± serrée, obtuse
    • lamelles atténuées sur leur rebord proximal : à arêtes rejoignant la base par un trajet oblique, ± brièvement ou longuement
    • lamelles tronquées carrément ou d’équerre (= déterminées) :
      • à arêtes s’infléchissant brusquement
      • à arêtes courbant à angle droit ou presque
    • lamelles tronquées arrondies : à arêtes courbant à angle arrondi avec une direction perpendiculaire à la base
    • lamelles arrondies récurrentes : à insertion plus courte que l’arête et extrémité interne arrondie
    • lamelles pointues récurrentes :  à insertion plus courte que l’arête et extrémité interne pointue

Sans titre18

4. Modes d’insertion au pied 

Insertion: raccordement avec le pied

Mode d’insertion : forme, aspect de ce raccordement

Observer un spécimen bien évolué, car l’insertion peut sembler se modifier au cours du développement du sporophore.

 

  • Lames ne touchant pas le pied:
    • lames libres : aucunement soudées au pied, l’atteignant par son extrémité sans lui être aucunement adhérente ni laisser de vide
    • lames écartées du pied (= distantes ou éloignées) : laissant un espace entre le pied et elles-mêmes
  • Lames en contact avec le pied:
    •  lames adnées (= attenantes) : adhérant au pied par certaine portion de leur largeur (hauteur)
    • lames annexées : étroitement attachées au pied, un peu adnées, sublibres
      • lames adnées proprement dites : largement attachées, reliées au pied sur la plus grande partie de sa hauteur
      • lames sinuées (= arrondies au pied) : présentant une encoche concave près du pied (± émarginées)
      • lames émarginées (= échancrées) : présentant une sorte d’échancrure près du pied, l’ensemble des lames constituant un sillon ± creux, ± évident autour du pied
      • lames uncinées : se prolongeant sur le pied par une dent de décurrence, petit crochet bien évident observé
      • lames décurrentes : se prolongeant ou descendant ± longuement sur le pied
      • lames décurrentes en filet : se prolongeant sur le pied par une portion de leur hauteur de plus en plus faible

Des modes d’insertion intermédiaires existent seulement pour les différents types de lames adnées (ex. adnées-décurrentes, arrondies-subadnées).

 

5. Sécédence

Lames adnées qui se sont séparées du pied et pouvant sembler libres ou sublibres.

 

La séparation survient en général sur des sujets très développés, dont le chapeau tend à devenir plat ou concave, à la suite de manipulations, ou lors de la récolte ou du transport. Le chapeau s’écarte alors du pied, les lames étant soumises à une traction qui entraîne leur rupture au ras du pied.

6. Collarium et vallécule

  • Collarium : bourrelet ou col annulaire autour du pied où les lames s’insèrent, à distance
    • mince ou épais
    • plein ou tubuleux
  • Vallécule : espace entre le pied et le collarium séparant ainsi les lames du pied

Sans titre19

7. Largeur (= hauteur) : distance entre la base et l’arête

Variable selon les espèces.

Constance : rapport largeur / hauteur

pour une espèce donnée

– au fur et à mesure du développement du sporophore

  • lames pliciformes :  très étroites, en forme de plis atrophiées ou rudimentaires
  • lames étroites : peu larges, de hauteur réduite, à différencier des lames atrophiées ou rudimentaires
  • lames larges : hautes sur toute leur longueur ou presque, car les lames se rétrécissent aux extrémités

8. Épaisseur : distance du plectenchyme entre les deux faces

 Couper les lames en travers et exprimer l’épaisseur en dixièmes de mm.

  • lames minces : peu épaisses, indiquant que les deux faces sont particulièrement rapprochées et que la couche de tissu lamellaire qui les sépare est peu importante, sur toute leur largeur
  • lames épaisses : au dessus de la moyenne, indiquant que les deux faces sont séparées par une forte couche de tissu lamellaire, avec les faces parallèles
  • lames cunéiformes : en forme de coin, se rétrécissant de la base vers la pointe
  • lames amincies vers l’arête : à faces parallèles, mais se rétrécissant vers leur pointe

Sans titre20

9. Séparabilité

  Gratter avec l’ongle, en partant du pied, et essayer de détacher les lames de leur base.

  • lames séparables : se détachant de la chair, soit nettement et facilement ou ± difficilement
  • lames inséparables : refusant, en se cassant, de quitter leur base d’implantation

10. Consistance

Se familiariser avec ses sensations tactiles et éprouver la résistance à la déformation, la friabilité, l’élasticité et la malléabilité.

 

  • lames cassantes (= friables) : fragiles ou tendres, n’excluant pas une certaine élasticité
  • lames molles (= flasques, versantes)ne revenant pas à leur situation première après déformation, peuvent être vues comme telles, car elles ont tendance à verser et à se coucher les unes sur les autres dès que le sporophore est incliné au cours de la récolte ou du transport
  • lames élastiques: subissant la déformation sans se rompre et reprenant leur position antérieure
  • lames lardacées: ajoutant à l’élasticité une touche grasse, comparable à la consistance du lard
  • lames céracées : de consistance évoquant celle de la cire d’abeilles
  • lames rigides ou tenaces : très fermes au toucher, pouvant atteindre la consistance du liège ou du bois (lames subéreuses ou ligneuses)
  • lames déliquescentes: se liquéfiant à maturité, molles et laissant un dépôt ± liquide coloré sur les doigts

11. Évolution

Comparer et examiner des sporophores d’âges divers de la même espèce.

L’étude de l’évolution des lames demande de faire intervenir le facteur temps-durée.

La production des spores peut modifier l’aspect et la couleur des lames.

 

  • lames persistantes : presque imputrescibles
  • lames marcescibles : se desséchant et se fanant sans pourrir
  • lames reviviscentes : reprenant un aspect presque normal après une période de sécheresse
  • lames putrescibles : pourrissant ± rapidement
  • lames déliquescentes (= diffluentes) : se liquéfiant, sans vraiment se putréfier, à maturation progressive de bas en haut
  • lames scissiles (= fissiles, déchirées) : se fendant dans le sens de leur épaisseur
  • lames fissiles en travers (= fendillées) : se fendant en travers
  • Lames marbrées, nuageuses, nébuleuses, pommelées : maturant par plaques ± séparées et emmêlées

Sans titre21

12. Connections – Autres formes – Larmoiement

  • lames anastomosées (= soudées) : reliées par des ponts de tissu fongique mettant en relation deux faces en vis-à-vis à travers la vallécule, formant ± des diverticules et des bifurcations
  • lames interveinées: veines ou bourrelets formés au niveau des sinus, au fond des vallécules interlamellaires et reliant les lames au niveau de leur base, cas particulier de lames anastomosées
  • lames plissées (= sinueuses, gondolées, ondulées, froncées, crispées) présentant un trajet sinueux entre la marge et le pied
  • lames larmoyantes: exsudant de fines gouttelettes à leur surface et sur l’arête, examiner lorsque jeunes et en bon état, pouvant disparaître avec l’âge ou la sécheresse

 

13. Particularités des faces

  1. Morphologie :
    • lames planes (= unies) :  sans ornement ni irrégularité
    • lames ridées, ridulées : portant des rides ou sillons, pouvant présenter une direction et des motifs
    • lames veinées, veinulées : portant des veines ou veinules en saillie ± linéaires ou contournées
    • lames costées, costulées : pourvues de côtes, avec saillies alignées, plus marquées que les ride
  2. Coloration : La couleur varie en fonction de la maturation des lames. Examiner des sporophores jeunes, ainsi que d’autres, plus évolués
    • maturation uniforme : modification de couleur due au dépôt des spores
    • maturation par plages : voir lames marbrées
    • maturation progressive : de l’arête à la base, surtout chez les espèces déliquescentes

14. Particularités de l’arête

Examiner plusieurs lames, lamelles ou lamellules pour déterminer l’aspect de l’arête.

Peut être différente d’une lame à l’autre et de la partie interne à la partie externe.

  1. Morphologie
    • vue de champ (sens longitudinal) : Voir les définitions.
      • arête rectiligne
      • arête sinueuse
      • arête crispée
      • arête dédaléenne ou labyrinthique
    • vue de profil (à plat)
      • arête entière (= uniforme) sans irrégularités, sans denticulation ni ornements
      • arête aiguë :  amincie en angle aigu
      • arête obtuse : arrondie ou tronquée. faire une coupe
      • arête ciliée : garnie de cils. noter longueur et aspect
      • arête floconneuse :  garnie ou couverte de flocons
      • arête farineuse : semblant couverte de poudre, de farine
      • arête grenelée (= grenue, granuleuse) : présentant des grains
      • arête micacée : garnie de grains comparables à ceux du mica
      • arête pulvérulente (= ± pruineuse) : poudreuse, garnie de grains plus fins que les flocons ou la farine
      • arête godronnée : garnie d’ornements ovoïdes
      • arête crénelée : bordée de dents larges et régulières
      • arête dentelée, denticulée : bordée de dents plus aiguës, variables selon la taille
      • arête serrulée, serratulée : à bord en dents de scie, variables selon la taille
      • arête érodée : comme usée, déchiquetée, à dents irrégulières
      • arête fendillée : présentant des fentes perpendiculaires à sa direction, plus profonde et plus étroites que des dents de scie
      • arête bordée (= frangée, fimbriée, festonnée, marginée, lisérée, appendiculée) : avec une frange d’aspect différent, préciser sa nature
      • arête festonnée : garnie de festons, préciser leur nature
      • arête translucide : à aspect hyalin
      • arête larmoyante : exsudant de fines gouttelettes
  2. Coloration :
    • arête concolore :       de même couleur que les faces
    • arête lisérée (= bordée) : colorée ou bordée différemment, souvent par la présence de cheilocystides

Sans titre22

BIBLIOGRAPHIE

Inspiré de : « De Izarra, Z. (2006).  L’examen des champignons (étude de leurs caractères – avant tout recours au microscope). Bulletin spécial numéro 6 de la Société mycologique du Poitou. » et utilisé avec la permission de Raphaël Herve, président de la Société Mycologique du Poitou

Print Friendly, PDF & Email

One Response

Laisser un commentaire