Formes des champignons agaricoïdes

Formes des champignons agaricoïdes

Classé dans : Général | 5

 


 

par Roland Labbé

avec la collaboration de Fernand Therrien

La description des champignons requiert un vocabulaire très spécialisé qu’il est important de connaître pour pouvoir les étudier dans des ouvrages de référence. Voici un premier d’une série d’articles préparés par Roland Labbé portant sur les termes utilisés pour qualifier la façon dont poussent les champignons ainsi que leur forme générale.

 

A. GROUPEMENTS DES SPOROPHORES

B. FORMES GÉNÉRALES DES SPOROPHORES

  1.  FORME CLASSIQUE
  2.  FORMES NON CLASSIQUES AVEC OU SANS PÉDONCULE

A. GROUPEMENTS DES SPOROPHORES

Tandis que certaines espèces de champignons présentent des sporophores nettement isolés les uns des autres, d’autres au contraire, les montrent ± rapprochés, groupés, présentant des liens étroits au niveau de leurs pédoncules.

Groupements :

  • solitaire : sporophore isolé l’un de l’autre
  • grégaire : sporophore en troupes ± nombreuses, des petits groupes à la colonie entière
  • cespiteux : sporophores dont les pieds sont ± étroitement accolés
  • conné : sporophores dont les pieds sont soudés à la base en une masse commune
  • fasciculé : sporophores dont les pieds paraissent accolés en faisceau sur une certaine hauteur, sans être vraiment soudés
  • ramifié : sporophore divisé en plusieurs rameaux, branches
  • concrescent : sporophores soudés à la partie supérieure
  • imbriqué : sporophores se recouvrant à la façon des tuiles sur un toit
  • coalescent : sporophores accolés et soudés latéralement ou en colonie étagée, en panoplie
  • en ronds de sorcières :  sporophores en cercles, en arcs ou en lignes ± sinueuses. Ils correspondent à la présence d’un mycélium souterrain qui se développe de façon centrifuge, en zones concentriques. Ces groupements ont reçu les noms de ronds de sorcières ou ronds de fées. Ils sont très souvent retrouvés, durant des années, à peu près aux mêmes emplacements.

 

3325979475_8eea4564b3_b

 

 

B. FORMES GÉNÉRALES DES SPOROPHORES

 

La désignation des formes de champignons fait le plus souvent appel à des comparaisons avec des objets de morphologie ± définie.

La forme des champignons se modifie au cours de leur développement, depuis le stade primordium jusqu’au stade de sénescence.

La description d’un champignon doit rendre compte de ces différents aspects, particuliers à chaque espèce.

Il est toujours préférable qu’un dessin ou une photographie accompagne et complète la description verbale ou écrite, car une image, même schématique, vaut souvent plus qu’un long discours.

 1. Forme classique :

La forme en parasol symbolise le champignon type. Elle est constituée d’un pied surmonté d’un chapeau protégeant l’hyménophore.

 

 

3327226484_8533858292_z

 

2. Formes non classiques :

 

Les formes ci-dessous sont très employées par les descripteurs. Il est préférable de bien les connaître et de se rappeler à quoi elles peuvent correspondre.

 

Formes avec ou sans pédoncule :

 

  •  en forme de bouton :   semblable à un primordium
    • ovoïde : en forme d’oeuf
    • globuleux :  plutôt arrondi, ± massif
    • sphérique :  en forme de sphère
    • piriforme :  en forme de poire
    • cérébriforme : en forme de cerveau, d’éponge, de chiffon
  • pulviné : en forme de coussin, ± saillant, ± hémisphérique
  • auriculoïde : en forme d’oreille, de cornet
  • discoïde :  en forme de disque
  • étoile :  en forme d’étoile, radiant
  • cupuliforme : en forme de coupe
  • urniforme : en forme d’urne
  • utriforme : en forme d’outre
  • réniforme : en forme de rein
  • conchoïde : en forme de coquillage
  • onguiculé : en forme de sabot de cheval
  • dimidié : en demi-cercle et attaché latéralement
  • mitriforme : en forme de mitre, de selle
  • flabelliforme : en forme d’éventail
  • liguliforme : en forme de langue
  • pétaliforme : en forme de pétale
  • spatuliforme : en forme de spatule, de raquette
  • niduliforme :  en forme de nid
  • phalloïde :  en forme de phallus
  • coralliforme : en forme de corail
  • dendroïde : en forme d’arbre, de rameau, de branche
  • claviforme : en forme de massue
  • infundibuliforme : en forme d’entonnoir
  • tubiforme : en forme de tube, de trompette
  • turbiné : en forme de toupie
  • en crête : en forme de lames dressées
  • en lanière : ± en bouquet
  • résupiné :  apprimé sur le support, réduit à la surface hyméniale
  • incrusté : en forme de croûte, à bords relevés, cas extrême de résupiné

 

Sans titre1

 

 

 

 

Sans titre2

 

BIBLIOGRAPHIE

Inspiré de : « De Izarra, Z. (2006).  L’examen des champignons (étude de leurs caractères – avant tout recours au microscope). Bulletin spécial numéro 6 de la Société mycologique du Poitou. » et utilisé avec la permission de Raphaël Herve, président de la Société Mycologique du Poitou

Print Friendly, PDF & Email

5 Responses

  1. […] série préparée par Roland Labbé. Le premier portait sur la forme des champignons en général [FORME GÉNÉRALE (Article 1)]. Celui-ci porte sur les termes utilisés pour qualifier le chapeau de ces […]

  2. […] le troisième article d’une série préparée par Roland Labbé. Le premier portait sur la forme des champignons en général et le deuxième sur le chapeau. Celui-ci porte sur les termes utilisés pour qualifier les lames […]

  3. […] le quatrième article d’une série préparée par Roland Labbé. Le premier portait sur la forme des champignons en général, le deuxième sur le chapeau et le troisième sur les lames. Celui-ci porte sur les termes […]

  4. […] le cinquième article d’une série préparée par Roland Labbé. Le premier portait sur la forme des champignons en général, le deuxième sur le chapeau, le troisième sur les lames et le quatrième sur le […]

  5. […] et dernier article d’une série préparée par Roland Labbé. Le premier portait sur la forme des champignons en général, le deuxième sur le chapeau, le troisième sur les lames, le quatrième sur le pied et le […]

Laisser un commentaire